• L'équipe du MAJ

Semaine 8 – Quand l'art nous chamboule

Mis à jour : juin 3

Thème de la semaine : l’empathie

L’empathie, c’est pouvoir se mettre à la place de quelqu’un et être capable de ressentir de façon sincère ses sentiments et ses émotions. L’empathie est ainsi intimement liée à la compassion, cette capacité d’être sensible aux souffrances de l’autre. L’empathie crée un lien, nous connecte à l’autre. C’est donc l’un des aspects les plus importants de notre rapport à l’art.


L’empathie peut tisser des ponts entre des personnes géographiquement, socialement et culturellement éloignées. Elle peut changer le monde, et il en va de même pour l’art. Qu’elle soit musicale, picturale ou littéraire, l'œuvre d’art exerce un incroyable pouvoir sur l’homme: elle réjouit son cerveau. L’art participe à la démarche d’autonomie et de construction de soi, mais aussi à la remise en question et ainsi, finalement, au développement de l’empathie.


Quelle œuvre de la collection du MAJ évoque pour moi l’empathie? Spontanément, je songe à l’œuvre A Story [Une histoire] de l’artiste canadien d’origine serbe, Milutin Gubash. Nous avons présenté cette œuvre en 2012 dans le cadre de l’exposition Les faux-semblants, et nous venons tout juste d’en faire l’acquisition.


Milutin Gubash, A Story [Une histoire], 2012, oeuvre installative à trois composantes : épreuve à jet d'encre sur papier archive, vidéo numérique et son, table en bois. Don de l'artiste © Milutin Gubash



À travers ses œuvres, Gubash met en relation sa propre histoire avec l’histoire politique et l’évolution artistique de la Serbie dans un enchevêtrement de vrai et de faux qui met en lumière des réflexions et questionnements universels.


Forte de sens, A Story [Une histoire] est une œuvre installative qui comporte trois éléments distincts : la reproduction d’un article de journal datant de 1954, une table à trois pattes et une vidéo mettant en scène la commissaire de l’exposition, qui devient ainsi partie prenante de l’œuvre d’art.


Milutin Gubash, A Story [Une histoire], 2012, oeuvre installative à trois composantes : épreuve à jet d'encre sur papier archive, vidéo numérique et son, table en bois. Don de l'artiste © Milutin Gubash


Créée en 2012 expressément pour l’exposition présentée au MAJ et commissariée par Marie-Claude Landry, alors conservatrice à l’art contemporain, l’œuvre explore une tragédie qui a profondément marqué l’histoire de la famille de l’artiste. L’empathie devient un personnage en soi alors que la commissaire se transforme en témoin et fait une lecture critique en se prononçant sur les circonstances du présumé suicide du grand-père de l’artiste, tel que rapporté dans cet article de journal. Les questions sont nombreuses :


S’est-il réellement enlevé la vie ?


Pourquoi ce suicide une semaine à peine avant que son épouse et ses trois filles ne quittent la Yougoslavie pour venir enfin le rejoindre aux États-Unis?


Alors que la communauté yougoslave condamne majoritairement et durement le suicide, pourquoi aurait-on orné sa sépulture d’une pierre si imposante?


La protagoniste se fait l’écho de toutes ces questions sans réponses, nous propulsant nous-mêmes comme spectateurs au cœur de cette tragédie familiale jamais éclaircie.

L’artiste joue avec les codes de la téléréalité et du documentaire en exacerbant l’aspect dramatique de la vidéo : cadrage serré, plan rapproché et bien sûr un éclairage théâtral caractérisent la composition.


Comme le mystère autour des circonstances nébuleuses de la disparition de son grand-père ne sera jamais résolu, la générosité de l’artiste - et de la commissaire - éveille notre empathie et nous permet à notre tour de partager leur incompréhension devant le tragique destin d’une famille décimée.

➔ La page de notre exposition Milutin Gubash présentée en 2012 accompagnée d’une magnifique publication disponible à la boutique du musée.

➔ Milutin Gubash s’est récemment vu décerner le prestigieux prix Louis-Comtois qui récompense un artiste en mi-carrière s’étant illustré en art contemporain à Montréal (voir l’article d’Éric Clément dans La Presse)

➔ Une importante exposition solo de l’artiste est présentement en confinement au MACLAU – le Musée d’art contemporain des Laurentides. On peut la visiter virtuellement ici, plonger dans l’œuvre sonore de l’exposition et feuilleter l’opuscule l’accompagnant (rédigé par nulle autre que Marie-Claude Landry!) sur le site du MAC LAU.


Cet article a été écrit par Nathalie Galego, adjointe aux collections au Musée d'art de Joliette


👉 LIRE TOUS LES ARTICLES DE L'ÉQUIPE DE CONSERVATION DE LA COLLECTION DU MAJ

POUR PARTICIPER À MUSÉE EN QUARANTAINE

L’empathie, c'est le thème de la semaine. Vous avez jusqu'au mercredi 13 mai à midi pour nous envoyer vos créations artistiques inspirées de ce thème.

COMMENT PARTICIPER ?

Toutes les infos sont ici