• L'équipe du MAJ

Michel de Broin et le château de sable (thème 14)

Thème du mois : le travail


Lorsque l’équipe du MAJ a choisi le travail pour illustrer le thème 14 de Musée en quarantaine, une œuvre en particulier m’est venue en tête. Cette dernière participe aux questionnements que je me pose sur le travail en général et par extension sur mon propre travail.


Cette œuvre est celle de Michel de Broin et elle s’intitule Castles Made of Sand. L’œuvre a été réalisée spécifiquement pour le 68e étage de la tour de la banque BMO à Toronto, en 2015. C’est une énorme machine autonome qui s’active deux fois par jour en fonction du cycle lunaire, en référence au cours des marées. L’œuvre crée des châteaux de sable. Elle déverse du sable préalablement humidifié grâce à une bonbonne d’eau que nous trouvons la plupart du temps dans les espaces de bureau. Un tapis roulant transporte le tas de sable pour que ce dernier puisse être moulé par des bras mécaniques. Le tapis continu sa route avec à son bord un magnifique château. Comme sa course est lente, l’humidité s’évapore et désagrège lentement l’édifice. De toute manière, ce n’est pas vraiment un problème puisque la destination finale du château est le retour à son état initiale, c’est-à-dire un tas de sable; le tapis roulant ayant pour fin un précipice avec comme point de chute un réceptacle pour recueillir le sable. Douze heures vingt-cinq minutes et quatorze secondes plus tard, le cycle se répète.


Michel de Broin, Les châteaux de sable, convoyeur, cylindre pneumatique, moule en acier inoxydable, automatisation, capteurs, BMO Project Room, Toronto, 2015-2016. Photo : Toni Hafkenscheid.


Il va sans dire que Castles Made of Sand agit comme une métaphore et une critique face au lieu qui l’héberge. Le château n’est ici ni stable ni puissant, car il est fait de sable. Si nous extrapolons, il suffirait d’un grain qui s’engouffre dans la machine pour que ce dernier la brise.


Mon premier contact avec cette œuvre a eu lieu lors d’un de mes cours à l’université, j’y ai vu la métaphore, et j’y ai aussi vu une certaine similitude avec le monde du travail. Mon rapport au travail est que je participe à la bonne marche d’une machine plus grande que moi et dont je ne comprends pas toujours les rouages et la mécanique dans leur globalité. Je crois que ce qui m’a profondément happé dans cette œuvre a été de m’amener à me poser les questions suivantes : à quoi je veux prendre part et quelles sont les actions que je peux poser, aussi minimes soient-elles? Pour qui j’entreprends mes actions, pourquoi et comment je les mets en œuvre? Je crois sincèrement que ces questionnements guident à l’heure actuelle mon cheminement et mon rapport au travail et qu’elles participent à mon épanouissement. Il est vrai aussi que parfois elles ne peuvent être appliquées, pour diverses raisons. Mais quand je réussis à poser une action qui me pousse à croire que cette dernière est guidée par ces questionnements, j’ai un peu la sensation curieuse d’être le grain de sable qui continue de faire fonctionner la machine, mais qui pourrait en dérégler cependant les modalités initiales.



Michel de Broin, Les châteaux de sable, convoyeur, cylindre pneumatique, moule en acier inoxydable, automatisation, capteurs, BMO Project Room, Toronto, 2015-2016. Photo : Toni Hafkenscheid.

Michel de Broin, Les châteaux de sable, convoyeur, cylindre pneumatique, moule en acier inoxydable, automatisation, capteurs, BMO Project Room, Toronto, 2015-2016. Photo : Toni Hafkenscheid.

Michel de Broin, Les châteaux de sable, convoyeur, cylindre pneumatique, moule en acier inoxydable, automatisation, capteurs, BMO Project Room, Toronto, 2015-2016. Photo : Toni Hafkenscheid.


Pour en savoir plus sur l’œuvre :

https://www.lapresse.ca/arts/arts-visuels/201607/29/01-5005681-michel-de-broin-construire-des-chateaux-dans-le-ciel-de-toronto.php

https://micheldebroin.org/fr/texts/les-chateaux-de-sable-michel-de-broin-inter-art-actuel/

Cet article a été écrit par Camille Blachot, coordonnatrice aux communications et aux projets numériques du Musée d'art de Joliette.

Voir les capsules des deux Camille.

POUR PARTICIPER À MUSÉE EN QUARANTAINE

Vous avez jusqu'au vendredi 31 juillet 2020 à midi pour nous envoyer vos créations artistiques inspirées du thème du mois.

Cliquez ici pour savoir comment participer